Au campus Lille 3, rencontre avec Philippe Poutou

Philippe Poutou, représentant et candidat du NPA, le Nouveau Parti Anticapitaliste (gauche radicale) était présent pour une rencontre ce mardi 7 décembre au campus Lille 3 Pont de Bois.
Salle pleine pour cette rencontre, les places dans l’amphithéâtre viennent même à manquer, les militant·e·s, majoritairement des étudiant·e·s sont venues en masse pour accueillir leur candidat.

Damien, cheminot à Lille, prend tout d’abord la parole sur la question de l’immigration.
Il revient notamment sur les différentes politiques anti-migratoires ayant été conduites dans les années par les gouvernements de gauche comme de droite. Il rappelle également que les migrants sont avant tout des humains, élément peux pris en compte par les politiques, et que leur droit à la libre circulation en est donc bafoué : « Les capitaux, ils peuvent circuler à la vitesse de l’éclair d’un bout à l’autre de la planète, mais par contre pour les êtres humains, le monde il est barricadé, enfermé, cisaillé par des labyrinthes de barbelés. »

Anaïs, étudiante à Lille 3 qui revient sur les questions de précarité des jeunes, tout particulièrement en temps de crise sanitaire.
Son discours s’axe surtout sur la question de l’accessibilité aux études pour toustes, dénonçant des mesures telles que parcoursup ou le futur trouvermonmaster.gouv, limitant l’accès aux études pour les jeunes en situation de précartié et les étudiants venant de l’étranger.
Elle revient d’ailleurs sur la question des sans fac, soit celles et ceux n’ayant pas obtenu d’affectation parcoursup. De nombreuses protestations ont en effet éclatée sur ce sujet, à la faculté de Nanterre par exemple, ou les jeunes sans affectation occupent depuis plusieurs mois les locaux de la direction de l’université.

C’est enfin le très attendu Philippe Poutou qui prend la parole, sous les applaudissements des militant·e·s présent·e·s dans la salle.
Le candidat aux élections présidentielles détaille alors les grands axes du programme de son parti : lutte contre le capitalisme, ouverture des frontières, égalité entre les individus et réduction du temps de travail entre autres.
Il revient également sur les dangers et les dérives du système capitaliste actuel : pouvoirs des élites, reproduction sociale, enrichissement des plus riches et précarisation des plus pauvres. Il en profite enfin pour ajouter une note d’humour : « que les riches partent à la conquête de l’espace aurait pu être un bon moyen de s’en débarrasser, mais malheureusement, ils redescendent ! »

qu’il n’eût obtenu que 1% des voix en 2017, et est actuellement estimé à un score similaire pour 2022 dans les sondages les plus récents, Philippe Poutou montre qu’il peut néanmoins rassembler un public jeune assez important, et surtout motivé, comme a pu nous le montrer cette rencontre.

Article publié au Collectif Gerda.